Catégorie : Wedding

J’ai rencontré Rachel et Geoffray lors de notre premier rendez-vous chez moi, en compagnie de Sandrine Fesq, la photographe. Le courant est tout de suite passé à merveille entre eux et nous, et nous avions déjà que nous allions passer une journée très particulière. A tous les niveaux, elle l’a été : remplie d’émotions, de larmes et de rires, mais surtout de rapports humains tellement chaleureux que j’en garde encore, 3 mois après, un souvenir très vivace. Une preuve en est une fois de plus que la rencontre entre l’Orient et l’Occident fait des merveilles.

La journée a commencé avec les préparatifs de chacun, au domicile des parents pour Rachel, et au domicile conjugal pour Geoffray. Rachel était accompagnée de ses parents, de ses témoins. L’ambiance était plutôt sereine… beaucoup plus que chez Geoffray. Accompagné de son témoin, c’était l »éclate totale. De bons fous rires ont parsemé la préparation.

La découverte des mariés a eu lieu devant tous les invités, devant la mairie du 12ème arrondissement de Marseille. Les mariés avaient ensuite choisi une cérémonie laïque, parsemée d’une arrivée sous le son d’Otis Redding (My Girl), de discours des proches très émouvants, d’une chanson retravaillée de Kenji par un ami d’enfance. Après s’être échangés les alliances, c »est « At Last », magnifique chanson d’Etta James qui les a accompagné lors de leur sortie.

La journée s’est poursuivie au sein du domaine. Filmer le vin d’honneur a été un exercice assez drôle… une chorégraphie endiablée, un lancé de bouquet bien géré, planchas, sushis, foie gras… tout y était… et même une petite surprise de la part des invités masculins que les mariés auront la joie de visionner lors de la réception de leur DVD.

Un mariage exceptionnel, sincère et vrai.

Le bonheur de terminer la saison vidéo 2016 sur ces notes. Un grand merci Rachel et Geoffray.

 

Amandine n’est jamais avare de belles discussions. Rayonnante, dynamique, à l’aise dans ses tenues, elle véhicule une bonne humeur à son entourage. Jean-Marc est plus discret, limite timide lorsqu’il ne connait pas. Mais quand vous réussissez à entrer dans son petit monde, c’est le plus adorable des garçons.

Voilà un peu le tableau, pour cerner les deux mariés de ce samedi 25 juin. Amandine et Jean-Marc se sont dit OUI à Carpentras dans le Vaucluse.

Mariage aux accents italiens à Carpentras

Sur le thème « Voyage en Italie », le mariage d’Amandine et Jean-Marc a réussi son pari: apporter un peu de dolce vita à cette journée.

Les préparatifs ont commencé dans la vieille ville de Carpentras, dans  un salon de coiffure. Amandine, accompagné de ses soeurs et de ses nièces, a pu profité du professionnalisme du lieu pour obtenir la coiffure de ses rêves.

Sandrine m’accompagne sur cette journée. On ne compte plus les mariages que nous faisons ensemble, et même si elle parle beaucoup, c’est toujours un vrai plaisir de bosser avec elle. Bonne humeur garantie. Mais aussi et surtout, belles images en sa collaboration.

La maison familiale des futurs époux accueillent la séance maquillage. La maman d’Amandine est présente, et les deux garçons du couple les rejoignent en fin de matinée. Nous prenons le temps de faire de belles images, en toute quiétude, favorisée par le bruit léger de  »eau de la piscine intérieure.

La maman aide à l’enfilage de la robe, et surtout au boutonnage arrière, où des doigts agiles sont nécessaires!

Tout le monde est fin prêt, et c’est donc en direction de la mairie de Carpentras que va se dérouler la suite.

« Tout est une question de feeling »

C’est sur ce principe qu’Allison et Sébastien ont choisi leurs prestataires, pour ce mariage dans le Vaucluse. Tout le monde s’est admirablement accordé pour faire de cette journée une réussite! En tout cas pour ma part, j’ai pris énormément de plaisir à participer à cette journée et réaliser leur film de mariage.

C’est à Bédarrides, dans le Vaucluse, que le rendez-vous est fixé.  Le futur Marié, Sébastien, est accompagné de son témoin, Allan, et du photographe, Jérôme Villard.On y est! C’est le début des préparatifs dans une atmosphère détendue, autour de cafés, croissants, et petits pains au chocolat! Sébastien cache un petit stress, vite dissipé avec la complicité de son témoin. Les enfants sont là également pour donner une touche de fraicheur. Chemise, cravatte, boutons de manchette et noeud papillon, Sébastien est prêt.  Prêt à se déshabiller et plonger dans la piscine, car il n’est que 10 heures, et il a le temps de savourer les dernières heures avant les moments clés.

/
/
/
/
/

Direction Entraigues. Allison est un peu plus tendue, notamment à cause du temps. Que va nous réserver la météo aujourd’hui? Il faut beau, mais lourd, et la crainte d’un orage est toujours présente. Sa Maman, et sa témoin sont également là pour la rassurer. Ce qui s’avère très difficile! La coiffure est assurée par la témoin. Le maquillage est réalisée par Allison elle-même. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même ! Les préparatifs sont entre coupés de l’arrivée de la deuxième témoin, Charline, ainsi que des fleurs, apportées par le beau-papa.

La mariée est enfin prête! Une partie de la famille l’a rejointe au domicile du couple. Direction la mairie. Sébastien est déjà arrivé et accueille sa future épouse sur le perron de la mairie. La cérémonie dure une petite quinzaine de minutes.

A quelques dizaines de mètres de là, l’Eglise attend ses hôtes. La cérémonie religieuse est émouvante, et après une entrée sur la musique de Leonard Cohen « Hallelujah », les mariés s’échangent leurs consentements. Deux discours très émouvants sont lus par les mariés, et quelques larmes remontent aux yeux d’Allison. Axel Red cloture la cérémonie, avec « Parce que c’est toi ». Un lâché de colombes, surprise de leurs parents, vient embellir le tout.

\r\nLes photos de couples auront lieu près du domaine de l’Hers, à Châteauneuf du Pape, où les invités patientent autour de rafraîchissements. Jérôme Villard foisonne d’idées. Les mariés sautent, volent, dansent… bref les images s’accordent parfaitement pour le film.

Après quelques messages vidéos des invités tournés à l’improviste, et un vin d’honneur aux saveurs de planchas, et aux sons d’enfants s’amusant dans tous les coins, la soirée s’annonce déchainée. Thierry, le DJ a assuré pour chauffer les invités, et c’est au son de Soprano, avec « Cosmo », que les mariés vont faire leur entrée en salle.

Pur moment d’ambiance. La soirée sera ponctuée de discours émouvants, de chorégraphies bien travaillés,  et d’autres plus improvisées : l’une des animations de la soirée aura été de danser sur les musiques de film (Rabbi Jacob, Flashdance, La Soupe aux Choux, etc…).

Bravo aux mariés pour cette organisation. Une journée heureuse et une soirée folle.

Les prestataires

Jérôme Villard, photographe,

Akrooson, DJ

La Vallergue, traiteur

Samedi 26 mars, un petit goût de printemps

Le premier mariage d’une saison est toujours un mélange d’excitation et d’angoisse, de joie et de stress. Ne rien oublier, tout revérifier plusieurs fois : cartes mémoires, batteries, trépieds, et tout un tas d’accessoires susceptibles de servir à un moment ou un autre de la journée. Beaucoup resteront dans le sac, mais partir sans eux serait prendre le risque de rater une image ou un moment particulier.

Direction Alès ce matin, pour le mariage de Meggie et Mathieu. Le rendez-vous pris quelques jours auparavant m’a rassuré sur le déroulement de la journée car je redoute toujours la distance qui sépare les lieux de préparation de mariés. Plus de 10km et c’est l’angoisse. Et aujourd’hui ce ne sont pas moins de 30 km. Mais on s’est calé tous les 3 sur les différents horaires et ce devrait bien le faire.

Direction Alès donc, et l’avenue Gambetta. C’est chez ce Barbier alésien que sont déjà présents Mathieu et son père. La photographe Julie et son assistante sont déjà là aussi. Petite sensation d’arriver en retard, qui se dissipe assez vite lorsque la concentration reprend le dessus pour capter ce qui se ressent déjà dans ce salon : la joie d’être tous ensemble.

Mes premières images 2016 seront donc celles d’un papa ayant des moments de complicités avec son fils. Les échanges de regards entre les deux me font comprendre assez rapidement que la relation qu’ils ont est intense et complice, et qu’il faut absolument que cela apparaisse sur le film. Les images chez un barbier étant plutôt rares, je prends le temps de tout capter : gestes précis des ciseaux, mouvements du blaireau, application des huiles, de la serviette chauffante, du sèche-cheveux… Je débute ma saison de façon originale.

 

La complicité père-fils se poursuit une dizaine de km plus loin, dans un gîte près du domaine où aura lieu la réception. Moments de rires lors de l’enfilage de la chemise, qui semble avoir retréci, à l’ombre d’une jolie pergola dans ce cadre calme et bucolique des Cévennes. Mais pas de temps à perdre. Meggie a déjà commencé la coiffure, et il parait évident au vue de l’heure que nous n’aurons pas la totalité des images. Surtout si la photographe se trompe de route (* private joke). A Rousson, au domicile des futurs mariés, c’est l’effervescence. Le mot n’est pas exagéré. Toute la famille de Meggie s’est réunie autour d’elle pour l’assister durant les préparatifs. Quelques images de la touche finale de la coiffure et un peu de maquillage, c’est au tour de tous les accessoires qui sont eux-même des protagonistes à part entière : alliances, chaussures, et bien sûr, la robe. Pas évident de trouver un lieu pour la mettre le plus possible en valeur, mais après quelques repérages et quelques négociations avec Julie, nous allons au plus simple : en léger contre jour posée devant la baie vitrée, elle sera magnifique.

L’ambiance est très bon enfant. D’ailleurs, des enfants, il y en a dans tous les coins. Et je n’hésite pas à les filmer, ils ont tous quelque chose à me dire, ou à me faire comprendre. Tout se voit dans leur regard et leur attitude. Et les parents seront contents de les revoir à ces âges-là dans quelques années. Direction la salle de bain pour la fin de l’habillage : pas évident pour la Maman de Meggie de boutonner le derrière de la robe avec les beaux ongles longs : délicat mais faisable. L’une des soeurs attache les boucles d’oreilles et les bracelets, non sans difficultés, et une belle crise de rire! Après un moment à manger un bout avec Julie, Virginie son assitante, et Fred, le pilote de drone, il est temps de partir pour le lieu de la découverte des mariés : une petite chapelle située à quelques centaines de mètres de  là. Mathieu est déjà là, accompagné de sa Maman, très émue.

On a mis du temps pour trouver le lieu idéal pour la découverte, les photos de couples et les prises de vue par drone. En fait ce sont plusieurs lieux, avec des fonds différents qui s’offraient à nous, mais on  a été un peu long pour s’en rendre compte. Nous plaçons les mariés au milieu de la voie principale du hameau, selon Mathieu, n’est pas très passagère. Bon, sauf aujourd’hui!

Avec Fred, nous nous calons sur la mise en scène à adopter pour les prises de vue par drone. C’est le jour test aujourd’hui car c’est notre première collaboration. Nous avons un peu de temps devant nous – 1h30 pour les photos c’est parfait – mais nous devons quand même faire vite. C’est un peu la difficulté de l’exercice : avoir la bonne idée au bon moment en fonction du lieu. Après quelques essais, il est temps de filmer vu du ciel. Ces premières images sont très concluantes et donneront, c’est sûr, une autre dimension à leur film.

Julie gère la partie photos de couple. Je reste en arrière plan pour filmer ces scènes. Le décor est beau, le temps est au rendez-vous. On ne peut demander mieux!

La séance photo terminée, direction la mairie de Rousson. Niveau esthétique, pas grand chose à se mettre sous la dent. La mairie est un bâtiment moderne sans le moindre charme. Même pas un petit drapeau tricolore gesticulant au vent à se mettre sous la dent. La future mariée arrive sous les applaudissements de la foule, dont une partie est toujours occupée à se saluer aux sons de centaines de bisous. Visiblement à la mairie de Rousson, on n’est pas habitué à célébrer les mariages. L’élu présent propose que la mariée entre en premier… ce dont nous nous étonnons avec Julie. Au final, ce sera bien l’assistance qui entrera en premier, et Meggie en dernier sous l’oeil de tout le monde. La cérémonie civile est rapide et l’adjoint n’est visiblement pas très à l’aise. Mais qu’importe, tout se passe comme prévu, dans cette salle bien lumineuse. Le temps de quelques photos en sortie de mairie, et il est temps de parcourir les 10 petits kilomètres qui séparaient Rousson de Saint Privat des Vieux, lieu de la cérémonie religieuse. La petite église de ce charmant village est tenue par un curé d’une sympathie bien agréable. C’est assez rare pour le noter. Il prend le temps d’expliquer à chaque intervenant le déroulé de la cérémonie, et à quel moment chacun devra entrer en scène. Ce sont des moments que je prend le temps d’immortaliser car j’ai quelques idées en tête pour la réalisation. La cérémonie religieuse est très intense niveau émotions. Mathieu est très sensible et Meggie très souriante. Le genre de caractères qui passent très bien à l’image. Les Mamans sont toutes les deux très émues. Je ne sais plus où donner de la tête pour capter les larmes!

Comme l’a si bien précisé le curé, aujourd’hui c’est Samedi Saint, donc toutes les cloches sont bloquées. L’assistance est invitée à faire « Ding Dong Ding Dong » à la sortie des mariés! C’est parfait  et original pour mon film! Julie profite de la lumière douce du printemps pour une séance photo sur le parvis de l’église. Quelques images pour moi sur ces séances photos et les à-côtés et un tout mignon « Vive les Mariés » par deux enfants situés contre un mur de l’église.

La séance photo se poursuit dans la cours du domaine. Mais les soirs de Mars tombent vite, et il est temps de passer aux lancerx de bouquet. Oui aux pluriel, car Mathieu tient à lancer lui aussi le bouquet, avec une issue différente des filles… à voir dans le teaser! nPas le temps de s’ennuyer lors de cette soirée. J’assiste avec ma caméra à la répétition improvisée de l’entrée des mariés, en compagnie des témoins. En 1/4 d’heure, sur la musique de Macklemore, les pas de danse sont choisis, puis repris quelques minutes plus tard devant les invités. L’ambiance est parfaite! La soirée est parsemée de films rétrospectifs émouvants, de chants et de chorégraphie salsa endiablée. Simplicité, authenticité, émotions. Pour débuter la saison, il n’y a pas mieux !

Félicitations aux mariés!

Samedi 19 septembre 2015.

150 km de route aujourd »hui. Non désagréable avec cette journée ensoleillée, et cette petite brume matinale au loin, tout au long du chemin, donne déjà des aspects bucoliques à ce mariage.

Génolhac (Gard)

Me voilà arrivé. En fait non, il me faut encore parcourir quelques kilomètres de chemin  pas très large, et dans un état très moyen. Mais le voyage vaut le détour. Voici le Mas Nouveau. L’effervescence se ressent déjà. Des personnes décharge un camion, des enfants jouent près des cheveux, et cet environnement plutôt calme d »ordinaire, montre qu’il sait accueillir ses hôtes lors de grands événements.

Après les étirements de rigueur en sortant de la voiture, et ma 1ère rencontre avec le chat des lieux, la future mariée Bérénice, plus radieuse que jamais, m’accueille et m’offre le café. Les amis et la famille abandonnent tour à tour 2 ou 3 secondes de leur temps précieux pour venir me saluer.

Mais pas de temps à perdre, je veux profiter de cette lumière matinale de début d’automne. Plans extérieurs, végétations, environnement, sons environnants, animaux. Il faut capter cette atmosphère. Tout cela doit évidemment apparaître dans le film.

Un petit chant de voix féminine au loin attire mon attention. Deux filles en train de s’échauffer la voix. Le moment est très beau, et ajoute encore un peu plus de gaieté, à cette atmosphère. O-A-I-O-UUUUUU. Plus haut dans le mas, sur une terrasse, je note un peu d’agitation. Manifestement quelque chose est en préparation. Les bouquets de fleurs. Tout le monde s’y colle. A côté, la salle est déjà prête. Vide en attente de fête, le calme avant la tempête. Des enfants font le tour des tables avec leur pain au chocolat, je les suis quelques instants. Des tables me passent devant. Des rires fusent dans tous les sens.

Du retard a été pris pour les préparatifs de la mariée. Pas bien grave. C »est l’occasion de faire des plans de la robe de mariée. Nous luttons, avec le photographe, pour que la robe réagisse convenablement à la force du vent. Nous l’avons accrochée à une branche, et sous les yeux de la maman de la mariée, très inquiète de l’avenir de la robe entre nos mains, et qui est très agitée. Moi j »adore ces mouvements gracieux venus d »ailleurs, mais le photographe moins.

Au tour du bouquet, des alliances…  Visiblement 2 heures de retard ont déjà été prises! Chevaux, chat, insectes, décor… je filme de tout pour passer le temps. Dans la salle de bain du gite, les témoins de la mariée assistent à la coiffure, au maquillage. Un petit discours émouvant de Bérénice en fait pleurer quelques unes. Et les petits présents qu’elle leur offre achèvent les autres! Beaucoup d’émotion à ce moment là.

Au tour du marié. Frères, témoins parents… tout le monde est là pour l »enfilage du costume, du noeud pap, et des chaussures. Un peu de stress visible, mais atténué par la bonne humeur alentour. La maman est là aussi, ainsi que le frère. Allez, direction l »église. Un groupe commence à s »installer. Il y aura un chant gospel, la chanteuse étant la personne ayant répété au Mas Nouveau. Le curé est pressé, mais la messe dure 1h30! Oui quand même! Ce sera le record de la saison. Beaucoup de chants, de musique, de clap des mains, et … de fruits! De belles traditions et une belle ambiance.
En sortie d »église le Big Band s »affaire dans les rues du village de Génolhac. Oh When The Saints résonnent dans ce coeur des Cévennes.

Après les séances photos, sur lesquelles le chat de la maison aura fait mine de ne pas avoir vu l »appareil, c’est au tour de discours surprises, puis du lancer de bouquet. Une surprise vient cloturer ce beau vin d’honneur : un flash-mob comme je les aime. Quelle vitalité et quelle chorégraphie! On sent les heures à s’entraîner devant la glace! S’ensuit la Soul Train Line! Je suis comblé.

Vient enfin la soirée. De bons moments, où il sera difficile de faire un choix! Les meilleures chorégraphies de la saison! Des chants, des discours… des DJs vintage avec vinyls et Soul music.

Quel beau mariage! Bravo aux mariés pour leurs choix tout au long de la journée! Rien n »a été laissé au hasard. Le résultat est à la hauteur!

123